Fondation Maréchal LECLERC de HAUTECLOCQUE

Collège Maréchal LECLERC – Beaucamps-le-Vieux – 80




Créé en 1972, le collège de Beaucamps-le-Vieux a pris le nom de Collège Maréchal LECLERC de HAUTECLOCQUE
le 11 mai 1990 à l’issue d’un concours organisé par les élèves.

 

L‘établissement est situé dans l’ouest du département de la Somme, à 20 kilomètres de Tailly-L’arbre-à-Mouches où se trouve la propriété de la famille de HAUTECLOCQUE, donnée à Philippe à l’occasion de son mariage. Ce petit collège rural accueille 240 élèves et bénéficie du dispositif R.E.P. (Réseau d’Education Prioritaire) pour pallier les difficultés sociales importantes des familles.
Collège du département le plus éloigné d’un lycée, territoire isolé géographiquement mais aussi culturellement, cet établissement est animé par une équipe composée de 24 enseignants dynamiques qui multiplient projets culturels et innovations pédagogiques.
Pour beaucoup de collégiens de Beaucamps-le-Vieux, l’école sera l’unique moyen de voyager, d’être confrontés directement à des œuvres d’art, d’aborder d’autres cultures, de rencontrer d’autres jeunes qui partagent d’autres modes de vie… C’est bien souvent par l’école qu’ils se rendront dans un théâtre pour la première fois, qu’ils apprendront à nager, qu’ils découvriront un pays étranger ou même la capitale de leur propre pays.
Afin d’acquérir cette mobilité nécessaire et cette «ouverture au Monde», le collège Maréchal Leclerc a construit de nombreux partenariats, avec l’Université de Picardie – Jules Verne, le Musée de Picardie d’Amiens, l’Abbaye Royale de Châalis dans l’Oise et, depuis maintenant quatre ans, avec la Fondation Maréchal Leclerc.
Dans ce territoire marqué par les batailles toutes proches de la Première Guerre Mondiale qui ont meurtri chaque famille, les combats pour la liberté et la lutte contre la barbarie menés par le Général LECLERC doivent être des exemples pour la jeunesse. Le devoir de mémoire ne doit pas être le simple rappel d’un passé lointain, c’est au contraire une réflexion actuelle sur les valeurs qui fondent notre pacte social.

M. Philippe CASIER
Principal du collège de Beaucamps-le-Vieux

 

DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, LA FONDATION MARÉCHAL LECLERC DE HAUTECLOCQUE SOUTIENT
LES ACTIONS DU COLLÈGE DE BEAUCAMPS-LE-VIEUX.

EN 2017, AVEC L’AIDE FINANCIÈRE APPORTÉE PAR LA FONDATION, 2 CLASSES DE 5ÈME SE SONT RENDUES SUR LES PLAGES DU DÉBARQUEMENT LES 10 ET 11 MAI.

 

 

RÉCIT DU VOYAGE EN NORMANDIE RÉDIGÉ PAR LES ÉLÈVES EUX-MÊMES

 

 

Le premier jour : 10 mai 2017

Avec nos cinq accompagnateurs, nous avons quitté le collège très tôt le matin pour prendre la direction du musée d’Utah Beach. Sur place, nous avons été accueillis par Madame le maire qui nous a distribué à chacun de la documentation sur le Maréchal Leclerc. Elle s’est ensuite jointe à nous pour la visite du musée. Nous avons pu apprécier les nombreuses images relatives au débarquement ainsi que de nombreux objets d’époque (avion, chars, véhicule amphibie, etc.). Nous sommes ensuite descendus sur la plage afin de nous rendre compte des conditions dans lesquelles les soldats ont débarqué et de la distance qu’ils ont dû parcourir sur la plage sous le feu ennemi. Le groupe est ensuite parti pour le site de la Pointe-du-Hoc où nous avons pu voir des vestiges du mur de l’Atlantique.
Nous avons pris la route de Longues-sur-Mer pour profiter du beau temps et pour visiter les batteries encore en place. Les professeurs ont pu répondre à nos questions et nous éclairer sur certains points de l’histoire de la Libération.
Nous nous sommes ensuite rendus dans le centre UNCMT de Ver-sur-Mer pour passer une nuit de repos bien méritée.

Le deuxième jour : 11 mai 2017

Aussitôt levé et le petit-déjeuner avalé, tout le monde a pris le bus pour se diriger vers Arromanches. La mer étant encore relativement basse, nous avons pu voir de près les caissons restant de ce gigantesque port artificiel. Après une longue balade dans la ville et sur la plage, le groupe s’est dirigé, en fin de matinée, vers le cimetière de Colleville-sur-Mer où nous avons été impressionnés et émus par le nombre de tombes présentes. Nous avons pu aussi étendre le Taps, qui est la sonnerie aux morts américaine. Le groupe a ensuite pris la route direction Caen.
Le voyage s’est achevé par la visite du mémorial de Caen. Répartis en quatre groupes pour faciliter la visite, tout le monde s’est retrouvé dans la salle de cinéma pour voir un documentaire sur la Seconde Guerre Mondiale.
Nous avons réellement apprécié cette sortie et nous visualisons bien mieux leschoses quand nous étudions cette période
de notre  histoire lors de nos cours au collège.
Nous tenons à remercier nos enseignants et la Fondation MaréchalLeclerc qui nous a permis de réaliser ceprojet.
C’est un atout pour nos connaissances historiques mais c’est aussi un moment agréable passé tous ensemble.

 

Le 22 mai dernier, M. Bernard DIDIER, délégué de la Fondation Maréchal LECLERC aux relations avec les établissements scolaires, était présent au collège Maréchal Leclerc de Hauteclocque.

Il a, à cette occasion, pu récompenser douze élèves méritants de l’établissement en leur remettant un chèque de 50 €

Ces élèves, en plus de leurs enseignements classiques, ont participé toute l’année au projet “Sciences Jeunes Experts” conduit en partenariat avec l’Université de Picardie – Jules Verne. Il s’agissait, pour ces jeunes “scientifiques en herbe”, de mener recherches, travaux pratiques, exposés autour d’un thème portant sur la Chimie. Cette année, ils ont travaillé en lien avec le laboratoire universitaire de Picardie sur la synthèse de la molécule de vanille (un travail normalement dévolu à des étudiants de Licence !).

Etudiant chaque composé organique, leur modélisation atomique, les différents outils et méthodes d’exploration, ces élèves ont développé leur culture scientifique pour conclure leur recherche, en fin d’année, par un brillant exposé dans un amphithéâtre de l’Université composés d’élèves, d’étudiants et d’enseignants-chercheurs.

Lors de la “Semaine de la Science”, ils ont mis à profit leurs acquis en présentant leurs travaux aux élèves des écoles du secteur, devenant à leur tour, pour quelques jours, des “enseignants-chercheurs”.

Gageons que de tels projets susciteront des vocations futures pour former les scientifiques dont notre pays a besoin.