Fondation Maréchal LECLERC de HAUTECLOCQUE

ADIEUX à RAYMONDE JEANMOUGIN

Raymonde JEANMOUGIN

secrétaire générale de l’Association des Anciens de la 2e D.B. est décédée le 17 avril 2018 chez sa fille Yannick

Raymonde était l’âme de la Maison de la 2e DB. Son attention aux Anciens, ses amis et camarades de la campagne de France, était exemplaire à tel point que chaque conversation téléphonique provenant de l’un d’entre eux à la Maison de la 2eme DB commençait par ces mots: « puis-je parler à Raymonde ? ».
Combien de petits mots n’a-t-elle pas écrit discrètement, sans ostentation à l’un ou l’autre soit pour le féliciter, soit pour le réconforter ou simplement prendre de ses nouvelles…

Son âme et sa vocation de « ROCHAMBELLE» – celle qui se porte au secours des autres quelque soit le danger, la difficulté ou les circonstances – ne l’ont jamais quittée jusqu’au dernier jour.

 

 

 J’étais une Rochambelle
(40 minutes)

Groupe RochambeauÀ 92 ans, Raymonde Jeanmougin est restée fidèle au serment qu’elle a fait en 1942, quand elle a bravé toutes les difficultés pour rejoindre « l’armée Leclerc » au Maroc. Rochambelle, elle faisait partie de la 2 e DB.

Partie de Troyes où elle avait entendu l’appel à la résistance du général
de Gaulle, elle s’engage volontairement et devient Rochambelle.
Elle suivra l’avancée de la 2 e division blindée tout au long de l’opération Overlord de libération de l’Europe.

Elle ramassait les blessés dans le Dodge WC 54 « Passy Bourse » aménagé en ambulance qu’elle partageait avec « Toto », le commandant Suzanne Torrès, pour les évacuer vers les hôpitaux de campagne, à l’arrière. « Sous la mitraille, il fallait parfois assurer les premiers soins. Des soldats sont morts dans nos bras… »

Marraine d’une rose

Soixante-dix ans plus tard, elle assure encore de nombreuses permanences au bureau des Anciens de la 2 e DB, au-dessus de la gare Montparnasse, à Paris. Paris, où elle et
ses compagnons de combat furent accueillis par « une foule en liesse » à la fin du mois d’août 1944.

Raymonde a toujours préféré vivre dans la discrétion, laissant ses amies
de l’unité Rochambeau témoigner ou écrire leurs mémoires quand, elle, se contentait des réunions en petit comité, dans la grande famille que forment les vétérans de la 2 e DB.
Mais les années passent et ses coéquipières les plus bavardes (« Ça m’arrangeait bien ! ») ne sont plus là… Alors elle forcera sa nature, aujourd’hui en marge de la course à
pied qui leur rend hommage à Caen, et sera là pour devenir la marraine d’une nouvelle variété de rose.

Gardienne de la mémoire, elle découvrira la stèle « Rose Rochambelle » installée il y a un an…

(Extrait de OUEST-FRANCE 14-15 juin 2014)

 

Le SERVICE de SANTÉ